Affiche des Féeries du bocage 2012

Livre I : La genese

La genèse des Féeries du Bocage     Les 2 et 3 juin 2012, avec les Féeries du Bocage, l’intemporel a de l’avenir ...

Lire la suite

Livre II : L'alchimie

L'alchimie... Contrairement à ce que croit le monde, les contes de fées chers à notre enfance comportent plusieurs niveaux d’interprétation. ...

Lire la suite

Livre III : Le temps du jeu

3ème édition des Féeries du Bocage : Le temps du jeu FEERIES 2014 video3 par les-feeries-du-bocage     Les albums photos de l'édition 2014 ...

Lire la suite

Livre IV : La metamorphose

    Après l’Alchimie, après le Jeu et  pour  sa quatrième édition, le festival des Féeries du Bocage  aura pour thème : ...

Lire la suite

Livre V : Les etres de la nature

  Les Êtres de la Nature.   Nous les avons croisés dans les contes de fées qui ont bercé de notre enfance, puis ...

Lire la suite

Livre VI : Chevaliers, princesses et dragons

Chevaliers, princesses et dragons   Nous retrouvons ces trois figures dans les mythes antiques, dans les légendes et les contes jusqu’aux films ...

Lire la suite

Livre VII : Le Bien et le Mal

Le Bien et le Mal   Un vaste sujet abordé en cette VIIe édition du festival des Fééries du Bocage :  Le Bien et ...

Lire la suite

Caroline Duban

 

Conférence de Caroline Duban, Docteur en Histoire : Abrégé d’Histoire de la sorcellerie (Nord de l’Europe)

La magie est une science occulte très complexe.
De nombreuses traditions s’accordent à dire que les hommes y ont accès plus généralement par la connaissance, l’accumulation de savoirs et d’expériences, tandis que les femmes viendraient au monde avec ce don.
Elles sont choisies par la communauté ou les divinités, ou obtiennent des enseignements en communiquant avec les mondes invisibles. Dans l’Antiquité, la sorcellerie est d’abord pratiquée dans les quartiers populaires où les sorciers et les sorcières confectionnent des potions et des philtres.

Progressivement, ceux et celles qui pratiquent les arts interdits, particulièrement à partir du IIIe et du IVe siècle après J.C., sont rejetés hors de la nouvelle religion grandissante.
Au XIVe siècle, la Peste Noire décime près de 40% de la population européenne. Les démonologues trouvent des réponses dans ce châtiment divin : les serviteurs du Démon sont parmi nous et tiennent des assemblées appelés sabbats.
Puis, aux XVIIe et XVIIIe siècle, avec l’arrivée des sciences modernes, de l’esprit analytique et des cas de possession – impossible à classer dans un cadre juridique qui jusque-là ne s’occupait que des agissements volontaires de personnes obéissant au Diable – les sorcières sont perçues comme un rêve, une tromperie de l’esprit humain qui déforme la réalité.

Toutefois, d’autres sorciers et sorcières sont lynchés durant les siècles suivant, en France, jusqu’à la fin du XIXe siècle. Pourtant, à cette époque et dans les classes sociales aisées, la nécromancie, la cartomancie et la divination retrouvent leur popularité, grâce aux nouvelles sibylles. Mesmérisme, spiritisme, sciences occultes passionnent les lettrés, les nobles et les psychanalystes.

Courriel : caroline.duban18@gmail.com
Site : https://independent.academia.edu/CDuban